"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 7 juillet 2016

ACATHISTE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS MAXIME DE TURIN (25 juin/7 juillet)


Kondakion 1
Illustre hiérarque de notre Seigneur Jésus-Christ* Tu vécus à Turin sous le règne d’Honorius et de Théodose* Tu veillas avec douceur et fermeté* Sur le troupeau des brebis raisonnables de ton diocèse* Et nous qui célébrons à présent ta sainte mémoire* Nous te louons en te disant :
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Ikos 1
Modèle de vertu et exemple de piété * Ta vie fut toute entière consacrée à Dieu* Tu étais le dispensateur de Sa Lumière* Sur la terre des vivants où tu cheminas  pieusement vers le Ciel* Emerveillés par ton passage lumineux dans l’Eglise* Nous te chantons à pleine voix :
Réjouis-toi, parvis du Royaume à venir!
Réjouis-toi, autel vivant de chasteté !
Réjouis-toi, chaire de parole édifiante !
Réjouis-toi, tour qui monte jusques aux Cieux !
Réjouis-toi, sanctuaire de charité !
Réjouis-toi, colonne de pure prière !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 2
Au siècle quatrième de notre ère* Tu naquis à Verceil sur la terre d’Italie* Et de ta vie nous ne connaissons* Que celle que tu menas dans l’Eglise du Christ* Pour la plus grande gloire de Dieu* Vers Lequel nous clamons : Alléluia !
Ikos 2
Tu es membre de cette grand milice des hiérarques du Christ* Dont l’existence pieuse ne se distingue jamais* De leurs œuvres de dévotion et de leurs actes de charité* C’est pourquoi emplis d’admiration nous clamons vers toi :
Réjouis-toi, missionnaire du Dieu Très Haut !
 Réjouis-toi, porche des mystères divins !
 Réjouis-toi, porte de l’ascèse chrétienne !
 Réjouis-toi, pilier de la théologie !
 Réjouis-toi, tabernacle de la vertu !
 Réjouis-toi, oratoire de pure ascèse !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 3
Elevé par tes parents dans la foi chrétienne* Tu étudias avec zèle les Saintes Ecritures* Et tu devins d’abord prêtre du Très-Haut* Accomplissant fidèlement le Saint Sacrifice de la Divine Liturgie* En chantant vers Dieu : Alléluia !
Ikos 3
Ayant par la grâce de tes qualités pastorales* Eté élevé à la dignité de hiérarque de l’Eglise* Sur la cathèdre de la bonne ville de Turin* Tu fus le Bon Pasteur dont parle l’Evangile* Ayant sans cesse le souci de la moindre de tes brebis* C’est pourquoi nous te louons en clamant:
Réjouis-toi, chandelier au sein des ténèbres !
Réjouis-toi, lampade éclairant les fidèles !
 Réjouis-toi, cierge consumé devant Dieu !
Réjouis-toi, lutrin vivant de l’Ecriture !
 Réjouis-toi, borne sur la voie de l’Eden !
 Réjouis-toi, phare qui montre le chemin !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 4
Connaisseur accompli des Ecritures* Orateur sans pareil pour l’édification des fidèles* Tu œuvras sans discontinuer dans la prière et l’ascèse* A l’avancement du Royaume de Dieu dans les âmes* En clamant sans cesse vers Lui : Alléluia !
Ikos 4
Tu fus le vêtement de ceux qui étaient nus* Le pain de la terre et du Ciel des affamés* La consolation de ceux qui pleuraient* La guérison des malades sur la terre des vivants* Le père des orphelins du Royaume exilés sur la terre* C’est pourquoi nous te chantons :
Réjouis-toi, ardente confession de foi !
 Réjouis-toi, incarnation de la piété !
 Réjouis-toi, supplication devant le Trône !
 Réjouis-toi, défense orante dans l’épreuve !
 Réjouis-toi, saint recours dans l’adversité !
 Réjouis-toi, intercession devant l’autel !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 5
Connaisseur admirable des Saints Canons de l’Eglise du Christ* Tu veillais à les garder fidèlement* Et à les appliquer dans tes actes auprès de tes brebis* Donnant le saint exemple d’une vie consacrée au Seigneur* Et les saints avec toi chantent à présent vers Dieu : Alléluia !
Ikos 5
Tu enseignas au peuple de Dieu* Les vérités ineffables de la Loi Divine* Prêchant par l’exemple de ton existence pieuse* Ce que tes paroles annonçaient dans tes nombreuses homélies* Tu fus toujours un modèle pour ceux qui t’approchaient*  Père saint que nous louons par nos chants :
Réjouis-toi, encens d’agréable fragrance !
Réjouis-toi, guide de tous les égarés !
 Réjouis-toi, ambon de la Grâce du Christ !
 Réjouis-toi, tribune de toute bonté !
 Réjouis-toi, dôme de la prédication !
 Réjouis-toi, pilote de la nef sacrée !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 6
Tu luttas pour éradiquer le paganisme* Et tu veillas à ce que le syncrétisme soit éliminé* Afin que la pure doctrine orthodoxe de l’Eglise* Prévale sur tout ce qui pourrait la corrompre* Et les Pères de l’Eglise clamèrent avec toi vers Dieu : Alléluia ! 
Ikos 6
Lorsque ta ville de Turin menacée par des hordes barbares* Servit de refuge aux populations des campagnes en fuite* Tu exhortas tes ouailles à toujours se comporter * En dignes disciples de notre Sauveur dans la charité* C’est pourquoi nous te chantons :
 Réjouis-toi, pasteur de toutes les brebis !
 Réjouis-toi, gardien des âmes en danger !
Réjouis-toi, protection dans l’adversité !
Réjouis-toi, asile au milieu des épreuves !
Réjouis-toi, abri du Ciel sur cette terre !
Réjouis-toi, foyer ardent du pur Amour !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 7
Le christianisme de ton temps* Etait surtout présent dans les cités* Tu œuvras avec zèle pour le Christ* Afin que la Bonne Nouvelle de l’Evangile* Atteigne les campagnes et leurs habitants* Alors le peuple des croyants entra dans la nef de l’Eglise en disant : Alléluia !
Ikos 7
Tu écrivis de nombreuses homélies* Expliquant d’une manière remarquablement claire* Les diverses fêtes de notre Seigneur Jésus-Christ* Et le sens des sacrements salvifiques de l’Eglise* Pour l’édification des âmes de tes fidèles* Et nous te louons en te disant :
Réjouis-toi, moissonneur dans les champs du Christ !
Réjouis-toi, jardinier des âmes chrétiennes !
Réjouis-toi, treille de la vigne divine !
Réjouis-toi, verger des purs fruits de l’ascèse !
Réjouis-toi, serre de la parole ardente !
Réjouis-toi, jardin fleuri des homélies !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 8
Ta parole fut lumineuse comme celle du Christ* Dont elle était le fidèle reflet * Les saints du Ciel et de la terre se réjouirent* En t’entendant dire dans l’une de tes homélies* La clarté que répand la joie du Seigneur est éternelle* Le Christ nous illuminait hier* Aujourd’hui encore resplendit Sa Lumière* Et nous à présent nous remercions Dieu en disant : Alléluia !
Ikos 8
Tu fus un orateur particulièrement habile* Mais tes paroles étaient toujours étayées* Par tes actes insignes d’amour et de charité* Car tu appliquais dans ta vie* Les leçons d’Evangile que tu donnais à tes ouailles* C’est pourquoi nous te chantons à présent:
Réjouis-toi, bel ostensoir de la Parole !
Réjouis-toi, catéchèse incarnée dans l’action !
Réjouis-toi, livre ouvert du Saint Evangile !
Réjouis-toi, liturge et servant du Seigneur !
Réjouis-toi, pierre d’autel et pierre d’angle !
Réjouis-toi, calice des enseignements !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 9
Tu avais une haute conception du devoir épiscopal et tu clamas* Comme l’abeille les évêques observent la chasteté du corps* ils offrent la nourriture de la vie céleste* Ils utilisent le dard de la loi* Ils sont purs pour sanctifier* Doux pour restaurer et sévères pour punir* Hiérarque admirable nous louons Dieu avec toi en chantant: Alléluia !
Ikos 9
Tu n’hésitas jamais à stigmatiser les brebis de ton troupeau* Qui oublieuses de leur vocation céleste* Et du redoutable Jugement à venir* Profitaient du malheur de leur prochain* Tu les remis sur le droit chemin par tes paroles de pasteur* Et nous te disons :
Réjouis-toi, contempteur du paganisme !
Réjouis-toi, éradicateur des erreurs !
Réjouis-toi, éducateur des pieux chrétiens !
Réjouis-toi, bon maître de la vie dévote !
Réjouis-toi, virtuose de l’homélie !
Réjouis-toi, enseignant de l’Orthodoxie !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 10
Scribe infatigable du Royaume à venir* Tu écrivis de nombreuses  homélies* Pour paver le chemin des chrétiens de tous les temps* De bornes lumineuses dans le monde des vivants* Donnant aux âmes des pieux chrétiens * Un avant-goût de la beauté de la vie à venir * Et ils chantent maintenant vers Dieu : Alléluia !
Ikos 10
Tes larges connaissances et ton incessante célébration liturgique* Te firent donner de subtiles interprétations des sacrements de l’Eglise* Et tu éclairas par ton savoir la pratique du culte orthodoxe* Emerveillés par ta science des choses divines* Nous te louons ainsi :
Réjouis-toi, lumière éclairant les fidèles !
Réjouis-toi, rayonnement de l’Evangile !
Réjouis-toi, baume sur les plaies de ce monde !
Réjouis-toi, passerelle entre l’homme et Dieu !
Réjouis-toi, secours au milieu des épreuves !
Réjouis-toi, portail mystique d’oraison !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 11
Qui d’autre que toi Père saint* Sut dire aussi justement la beauté du Christianisme* Et exalter la ferveur des fidèles en disant* Oui le Christ est notre aujourd’hui* Splendeur vivante et sans déclin* Il ne cesse d’embraser le monde qu’Il porte* Et ce flamboiement éternel semble n’être qu’un jour* L’écho de tes homélies résonne en nous* Tandis que nous crions vers Dieu : Alléluia !
Ikos 11
En l’an de Grâce 451* Tu participas comme évêque au Concile de Milan* Et en 465 à celui de Rome* Honneur insigne dû à ton âge vénérable et à ta valeur* Tu fus mentionné immédiatement* Après le pieux hiérarque du siège de Rome* Et tu revins dans ta bonne ville pour y naître au Ciel* Serviteur admirable du Maître Saint nous te chantons :
Réjouis-toi, sentinelle à l’orée du Ciel !
Réjouis-toi, soldat de l’armée du Seigneur !
Réjouis-toi, stratège de l’Orthodoxie !
Réjouis-toi, bouclier de la foi en Christ !
Réjouis-toi, barrière contre l’hérésie !
Réjouis-toi, gardien des dogmes salvifiques !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 12
Ta belle vie en Christ fut exempte de reproches* Tu fus le fidèle serviteur de l’Ecriture* Le Bon Samaritain et l’économe avisé de l’Evangile* Tu fis fructifier le talent que te donna le Seigneur* Et nous chantons avec toi vers Dieu : Alléluia !
Ikos 12
Au terme d’une vie exemplaire de piété et de service*  Saint patron de la ville de Turin* Dans la paix du Christ et la prière fervente* Tu rendis au Dieu de bonté ton âme bénigne* Et tu rejoignis le Royaume Céleste* Où l’on chante ainsi tes louanges :
Réjouis-toi, pèlerin en route vers le Ciel !
Réjouis-toi, rayon du Soleil de Justice !
Réjouis-toi, astre au firmament de l’Eglise !
Réjouis-toi, disciple parfait du Seigneur !
Réjouis-toi, chemin qui mène au Paradis !
Réjouis-toi, écho de la Grâce  sur terre!
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
Kondakion 13
Hiérarque admirable du Christ sur la terre des vivants* Pasteur sublime au bercail de l’Eglise* Ta vie fut un long pèlerinage  vers le Royaume* Au service des fidèles de ta ville épiscopale* Qui s’écrient joyeusement à présent avec toi* Vers le Dieu d’Amour et de compassion : Alléluia ! (Ce kondakion est lu trois fois !)
Ikos 1
Modèle de vertu et exemple de piété * Ta vie fut toute entière consacrée à Dieu* Tu étais le dispensateur de Sa Lumière* Sur la terre des vivants où tu cheminas  pieusement vers le Ciel* Emerveillés par ton passage lumineux dans l’Eglise* Nous te chantons à pleine voix :
Réjouis-toi, parvis du Royaume à venir!
Réjouis-toi, autel vivant de chasteté !
Réjouis-toi, chaire de parole édifiante !
Réjouis-toi, tour qui monte jusques aux Cieux !
Réjouis-toi, sanctuaire de charité !
Réjouis-toi, colonne de pure prière !
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !


Kondakion 1
Illustre hiérarque de notre Seigneur Jésus-Christ* Tu vécus à Turin sous le règne d’Honorius et de Théodose* Tu veillas avec douceur et fermeté* Sur le troupeau des brebis raisonnables de ton diocèse* Et nous qui célébrons à présent ta sainte mémoire* Nous te louons en te disant :
Réjouis-toi, ô saint Maxime de Turin !
*
PRIERE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS
MAXIME DE TURIN
Saint Maxime de Turin* Hiérarque admirable du Christ* Toi qui ne vécus que pour mener tes fidèles* Sur la Voie orthodoxe du Royaume des Cieux* Intercède pour nous auprès du Dieu de miséricorde* Pour que nous puissions à notre faible mesure imiter ton pieux exemple* Et que nous soyons dignes de te rejoindre un jour* En Paradis où ne cesse la louange du Père et du Fils et du Saint Esprit* Dans les siècles des siècles* Amen !
*
Acathiste composé pour la gloire de Dieu
Et de Son saint hiérarque
Maxime de Turin
Par
Claude Lopez-Ginisty
*

Fin et gloire à l’Indivisible
Trinité !

*

dimanche 20 mars 2016

ACATHISTE A NOTRE MERE PARMI LES SAINTS GUDULE SAINTE PATRONNE DE BRUXELLES

Source:
Monastère de Pervijze 

Kondakion 1

Tu naquis dans une illustre famille du Brabant.* Dont les membres, comme un soleil spirituel aux rayons de sainteté,* Brillèrent dans l’Eglise par leur pieuse vie,* Te donnant de solides racines dans la foi orthodoxe.* Et nous, sur la terre des vivants, nous te chantons :

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Ikos 1

Fille des saints Witger et Amalberge,* Sœur de la sainte Martyre Reinelde,* Et de saint Emébert qui fut évêque de Cambrai,* Parente des saintes Pharaïlde et Ermentrude,* Tu vins au monde dans une véritable église domestique,* C’est pourquoi nous te clamons :

Réjouis-toi, fille d’une sainte famille !

Réjouis-toi, parente des saints de l’Eglise !

Réjouis-toi, qui naquis au sein de la Grâce !

Réjouis-toi, aurore de la vie en Christ !

Réjouis-toi, graine au Jardin du Paradis !

Réjouis-toi, qui connus les Cieux dès ce monde !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 2

Alors que tu étais dans le sein de ta mère,* Le Seigneur lui fit connaître quelle enfant de Dieu magnifique* Allait servir l’Eglise du Christ* Il annonça que ta vie serait courte mais édifiante,* Et ta génitrice remercia le Ciel en disant : Alléluia !

Ikos 2

Tu fus tenue sur les fonts baptismaux par ta tante sainte Gertrude* Et elle t’accueilla dans son monastère pour faire ton éducation dans la foi.* Marraine, elle devint ta mère spirituelle au couvent de Nivelle,* Où tu pris le chemin du salut en Christ dès ton jeune âge.* Emerveilléspar ta précocité, nous te chantons :

Réjouis-toi, bourgeon de vie spirituelle !

Réjouis-toi, beau rameau de l’Arbre de Vie !

Réjouis-toi, fleur d’immarcessible beauté !

Réjouis-toi, fruit de l’Eglise triomphante !

Réjouis-toi, racine stable de la foi !

Réjouis-toi, courtil d’inombrable vertus !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 3

Comme une ruche de prières aux pieuses abeilles,* Sous la guidance spirituelle de sainte Gertrude,* Le couvent de Nivelles élaborait le pur miel de la foi chrétienne.* Tu y fus nourrie abondemment,* Clamant sans discontinuer vers Dieu : Alléluia !

Ikos 3

Ascèse, prières et jeûnes incessants,* Pavèrent ta voie vers le Royaume dès l’enfance.* Par de saines lectures et de pieux entretiens,* Par la méditation des Saintes Ecritures,* Tu cheminas lentement vers la perfection. *Et nous, admirant ta persévérance, nous te clamons :

Réjouis-toi, forteresse de la prière !

Réjouis-toi, havre de l’oraison chrétienne !

Réjouis-toi, rempart orant contre le mal !

Réjouis-toi, phare qui éclaire les fidèles !

Réjouis-toi, lisière de la sainteté !

Réjouis-toi, borne claire du mysticisme !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 4

« Chaste de corps et d’esprit, affable envers tout le monde,* D’une prudence admirable, elle excellait aussi dans la patience,* L’humilité, la douceur et la piété, » dit la chronique qui relate ta vie édifiante,* Et nous remercions Dieu en disant : Alléluia !

Ikos 4

«  Semblable à l’abeille intelligente, elle renfermait dans la ruche de son cœur* Le suc des fleurs des vertus, pour en composer les rayons* De toutes sortes de bonnes œuvres »* Dit encore de toi la chronique que nous lisons avec admiration, en te louant  ainsi:

Réjouis-toi, admirable fille du Père !

Réjouis-toi, réceptacle saint de l’Esprit !

Réjouis-toi, disciple parfaite du Christ !

Réjouis-toi, pureté de la Toute Pure !

Réjouis-toi, notre modèle en cette vie !

Réjouis-toi, compagne des saints de l’Eglise !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 5

Lorsque Dieu rappela auprès de Lui sainte Gertrude de Nivelle,* Tu quittas alors le monastère sacré* Où tu avais reçu une excellente éducation chrétienne,* Te préparant dès le siècle pour l’éternité* Où l’on chante sans cesse vers Dieu : Alléluia !

Ikos 5

De retour auprès de tes parents Witger et  Amalberge,* Tu fus leur rayon de soleil spirituel,* Reflet du Soleil de Justice, notre Maître bien-aimé le Christ.* Ils ne se lassaient pas d’admirer les trésors de sagesse spirituelle* Que tu avais acquis auprès de sainte Gertrude,* Et les anges dans les cieux te clamaient :

Réjouis-toi, promesse incarnée du salut !

Réjouis-toi, icône de la vie mystique !

Réjouis-toi, tabernacle du christianisme !

Réjouis-toi, colonne de la Vérité !

Réjouis-toi, autel de la prière pure !

Réjouis-toi, vitrail de la Lumière unique !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 6

Sainte Reinelde, ta sœur, avait quitté ta famille* Pour se consacrer entièrement à Dieu dans la prière.* Toi aussi, tu te languissais de ce temps où tu pourrais également* Donner ta vie au Seigneur Tout-Puissant* Vers qui nous chantons : Alléluia !

Ikos 6

Tu restas dix années auprès de tes pieux parents,* Vivant comme au couvent  qui t’avait formée.* Vierge, tu te consacras au jeûne, à la prière et à l’ascèse,* Pratiquant l’aumône, et faisant par tes vertus que les anges s’exclamaient :

Réjouis-toi, encens d’agréable fragrance !

Réjouis-toi, cierge qui brûle devant Dieu !

Réjouis-toi, vivant lutrin des Ecritures !

Réjouis-toi, belle offrande perpétuelle !

Réjouis-toi, union de la foi et des œuvres !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 7

Tu fus assaillie de tentations sans nombre* Par l’Ennemi du genre humain,* Qui veut la mort spirituelle des enfants de la Sainte Eglise.* Mais par ton ascèse et tes oraisons incessantes,* Tu vainquis le Malin, et tu retrouvas la paix, en chantant vers Dieu : Alléluia !

Ikos 7

Tes parents Witger et Amalberge, ayant décidé de se retirer du siècle,* Ton père partant vers le monastère de Lobbes,* Ta mère devenant moniale au couvent de Maubeuge,* Tu répondis avec reconnaissance à l’appel de ton âme assoiffée de Dieu :* Ayant comme ta sœur, consacré une partie de tes biens à l’Eglise,* Tu te retiras à Moorsel, près de Ham pour y mener une vie dévote,* Et les saints du Ciel te chantèrent :

Réjouis-toi, trésor vivant de notre foi!

Réjouis-toi, qui choisis la meilleure part !

Réjouis-toi, qui cheminas vers le salut !

Réjouis-toi, qui quittas ce monde pour Dieu !

Réjouis-toi, qui menas une vie d’ascèse !

Réjouis-toi, fidèle épouse du Seigneur !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 8

Plongée dans la prière et menant une stricte ascèse,* Tu fus la providence des pauvres, des malheureux et des malades.* Dieu t’accorda le don insigne des miracles.* Ainsi, par ton intercession,  tu guéris l’enfant infirme d’une mère éplorée;*  Et imposant tes mains pures et chastes sur une lépreuse,* Tu lui rendis instantanément la santé,* Rendant grâces en disant : Alléluia !

Ikos 8

Ayant entendu parler de ces guérisons miraculeuses,* De nombreux êtres affligés vinrent vers toi* Pour recevoir consolation ou guérison des maux du corps, ou de l’âme.* Et nul ne fit appel en vain à ton intercession auprès du Dieu de miséricorde.* C’est pourquoi nous te louons en disant :

Réjouis-toi, consolation des affligés !

Réjouis-toi, vêtement de ceux qui sont nus !

Réjouis-toi, aide précieuse dans l’épreuve !

Réjouis-toi, abri ouvert dans les tourments !

Réjouis-toi, paix profonde venant du Ciel !

Réjouis-toi, intercession toujours présente !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 9

Tu te préparais depuis longtemps à rejoindre l’Epoux Céleste,* Auquel tu avais consacré toute ta vie, Lui faisant à chaque instant* L’offrande de ta vie par tes prières et ton ascèse. * Tu ne soupirais qu’après le Royaume des Cieux,* Considérant la terre des vivants comme le marchepied du Ciel* Où sans cesse on loue Dieu en chantant : Alléluia !

Ikos 9

Tu quittas ce monde après une courte maladie,* Laissant inconsolées, les âmes nombreuses que soutenait ta prière.* Une foule immense de pauvres manifesta par ses larmes incessantes* Sa reconnaissance pour tous les bienfaits que tu lui avais apportés.* Et nous, demandant à présent ta pieuse intercession, nous te louons en te disant :

Réjouis-toi, dont la prière fut une ancre !

Réjouis-toi,  dont la mort fut une naissance !

Réjouis-toi, qui passas dans l’Eternité !

Réjouis-toi, qui partis vers l’Epoux Céleste !

Réjouis-toi, voyageuse de l’oraison !

Réjouis-toi, qui atteignis le port béni !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 10

Elle est précieuse aux yeux du Seigneur la mort de Ses saints.* Ta mort, ou plutôt ta naissance au Ciel,* Accrut la ferveur qu’avaient les êtres à venir* Auprès de toi, chercher consolation et guérisons,* Avant de remercier Dieu de ton intercession en clamant vers Lui : Alléluia !

Ikos 10

Lorsque l’on porta ton corps en terre au village de Ham,* Un arbre proche de ta tombe se mit  fleurir au beau milieu de l’hiver.* Dieu voulut ainsi manifester par la beauté de la nature,* Ton ascèse et ta prière qui fleurirent en vertus chrétiennes,* Au milieu du monde où l’on te clame à présent :

Réjouis-toi, athlète superbe du Christ !

Réjouis-toi, qui combattis le bon combat !

Réjouis-toi, pèlerine du pieux Royaume !

Réjouis-toi, qui vaincquis ta nature humaine !

Réjouis-toi, moniale de cœur et d’esprit !

Réjouis-toi, qui fus un ange sur la terre !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 11

Quand on voulut transférer tes saintes reliques au Collège de Nivelle* On ne put le faire, comme si une force invisible ne le permettait pas.* Mais lorsque l’on décida de les porter à Moorsel,* La translation se fit sans obstacle, et l’on chanta vers Dieu : Alléluia !

Ikos 11

Tes précieuses reliques, source de guérisons,* Reposèrent longtemps dans la chapelle du Sauveur à Moorsel,* Où souventes fois, tu répandis ton âme pure en prière ardente.* Elles furent ensuite tranférées à Bruxelles, en l’église Saint-Géry.* Elles vinrent enfin en la cathédrale Saint-Michel,* Et on ajouta ton saint patronage à celui de l’archange,* Tandis que l’on t’acclamait ainsi :

Réjouis-toi, fontaine de la pure Grâce !

Réjouis-toi, accomplissement des prières !

Réjouis-toi, notre avocate auprès de Dieu !

Réjouis-toi, baume de guérison du Ciel !

Réjouis-toi, pur onguent de bénédiction !

Réjouis-toi, bon remède spirituel !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 12

Le Christ Ami des hommes, par ton intercession,* Accomplit de nombreux miracles sur la terre des vivants.* Le lieu de ton repos terrestre en Dieu* Fut comme une fenêtre ouverte sur le Royaume éternel,* Où l’on chante sans cesse vers Lui : Alléluia !

Ikos 12

Au siècle seizième de notre temps,* Les séides de l’hérésie délétère vinrent en la cathédrale,* La profanèrent d’une manière ignoble et blasphématoire ;* Ils s’emparèrent de tes saintes reliques,* Et les dispersèrent avec celles des autres saints qu’abritait le saint lieu.* Mais ils n’effacèrent pas ta sainte mémoire, car nous te disons toujours :

Réjouis-toi, car ta vénération demeure !

Réjouis-toi, ton renom traversa les siècles !

Réjouis-toi, car ta sainteté est pérenne !

Réjouis-toi, recours éternel dans l’épreuve !

Réjouis-toi, car ton aide nous est acquise !

Réjouis-toi, secours du Ciel sur notre terre !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 13

Depuis des siècles, avec le saint archange Michel* Tu veilles sur la ville de Bruxelles, et tu la protèges* Par ta précieuse intercession devant le Trône de Dieu.* Et l’assemblée des saints de Belgique chante avec toi vers le Seigneur : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! ( ce kondakion est dit 3 fois !)

Ikos 1

Fille des saints Witger et Amalberge,* Sœur de la sainte Martyre Reinelde,* Et de saint Emébert qui fut évêque de Cambrai,* Parente des saintes Pharaïlde et Ermentrude,* Tu vins au monde dans une véritable église domestique,* C’est pourquoi nous te clamons :

Réjouis-toi, fille d’une sainte famille !

Réjouis-toi, parente des saints de l’Eglise !

Réjouis-toi, qui naquis au sein de la Grâce !

Réjouis-toi, aurore de la vie en Christ !

Réjouis-toi, graine au Jardin du Paradis !

Réjouis-toi, qui connus les Cieux dès ce monde !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 1

Tu naquis dans une illustre famille du Brabant.* Dont les membres, comme un soleil spirituel aux rayons de sainteté,* Brillèrent dans l’Eglise par leur pieuse vie,* Te donnant de solides racines dans la foi orthodoxe.* Et nous, sur la terre des vivants, nous te chantons :

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !



PRIERE A SAINTE GUDULE

Sainte Gudule, toi dont la vie fut consacrée à l’ascèse et à la prière,* Pour l’amour du Dieu de miséricorde et de Sa sainte Eglise,* Intercède pour nous auprès de Lui,* Afin que nous ayons le courage et la résolution *  D’imiter, ne serait-ce qu’à notre faible mesure, la ferveur de ton engagement,* Et le caractère sérieux et admirable de ta fidélité au Christ.*

Prie pour nous, avec la Mère de Dieu et tous les saints de la terre de Belgique,* Ainsi qu’avec les membres de ta sainte famille* Qui sont avec le Seigneur en Paradis,*  De nous aider à cheminer vers le Royaume Céleste* Du Père et du Fils et du Saint-Esprit, maintenant et toujours,* Et aux siècles des siècles,* Amen !
Acathiste écrit pour la gloire de Dieu
En l’honneur de notre Mère parmi les saints
Gudule,
Sainte Patronne de Bruxelles
(fête le 8/21 janvier)
Par
Claude Lopez-Ginisty
*
Fin et gloire à Dieu !